DCIM100MEDIADJI_0038.JPGL’hôtel Pearl Beach Bora Bora a mis en service vendredi 13 septembre un catamaran 100 % solaire pour enrichir son offre en activités nautiques : l’Okeanos Pearl.

Bora Bora : un lagon bleu turquoise, des plages de sable blanc et… une valse incessante de bateaux. Le ronflement de leurs moteurs vient troubler la quiétude des plaisanciers. « C’est ce que le fondateur de Okeanos, Dieter Paulmann, a remarqué quand il était à Bora, avec sa compagne. Ils passaient des vacances, sur leur bungalow à pilotis, au milieu du lagon mais ils n’étaient pas au calme. Il s’est dit qu’il fallait faire quelque chose », explique Eliane Koller, directrice de la fondation en Polynésie française. L’Allemand, fondateur de Okeanos, connaît bien le Pacifique et a déjà permis la construction de différents vaka. Alors il décide de se lancer dans une nouvelle aventure : la construction d’un catamaran solaire. « Il a dit à l’époque qu’il reviendrait avec un bateau qui ne faisait pas de bruit ».

Avec l’aide d’une ingénieure allemande, son idée prend corps quelques années plus tard. Le chantier est confié à Naval DC et Soel Yachts. Le catamaran solaire est conçu en Hollande, construit en Nouvelle-Zélande et assemblé en Polynésie. La fondation a investi 900 000 euros (un peu plus de 100 millions de francs) pour construire ce bateau.

Début juin, le bateau était prêt. « Il y avait déjà des bateaux solaires, mais qui n’étaient fait que pour l’eau douce. Celui-là peut aller sur la mer », continue la directrice.

100 % à l’énergie photovoltaïque
Le catamaran a été construit de telle façon qu’il tient dans un conteneur et qu’il est possible de l’envoyer n’importe où dans le monde. Arrivé début juin en Polynésie, l’Okeanos Pearls a été mis à l’eau récemment. Depuis vendredi, c’est le Pearl Beach Bora Bora qui l’utilise. Un contrat d’un an a été signé entre la fondation et l’hôtel pour qu’il teste le produit auprès de ses clients, d’où l’aspect luxueux du bateau. « Au départ, il n’était pas prévu d’en faire un bateau de luxe. Mais l’hôtel, qui a accepté de prendre le risque de l’essayer, a demandé à ce que l’intérieur ressemble plus à ce qu’attendent ces clients. Le bateau peut aussi être un ferry et il pourra être mis à l’eau n’importe où si cette première expérience s’avère concluante ».

Les premiers essais de ce catamaran qui se déplace 100 % à l’énergie photovoltaïque ont démontré une autonomie de batterie assez importante selon la directrice. A l’avenir, la fondation espère mettre sur pied d’autres bateaux de ce type. Elle souhaite surtout pouvoir les construire en Polynésie. « Il faudrait déjà trouver le chantier naval capable de le faire ici à Tahiti », regrette Eliane Koller.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s