Indo- Pacific Fish ConferencePrévue du 2 au 6 octobre à la Maison de la culture, l’Indo-Pacific Fish Conference s’apprête à vivre une dixième édition. Proposée tous les quatre ans sur un territoire différent, elle réunit plusieurs centaines de chercheurs et gestionnaires qui s’intéressent aux poissons. David Lucchini du Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement (Criobe), l’organisateur, fait un point sur ce rendez-vous attendu.

Tahiti Infos : Avant de commencer, pouvez-vous nous dire ce qu’est l’Indo-Pacifique Fish Conference ou IPFC? 
David Lucchini : « C’est un rendez-vous qui permet de faire un état des lieux des connaissances relatives aux poissons y compris les requins, raies et poissons téléostéens en recherche appliquée, recherche fondamentale et gestion. Un rendez-vous qui n’est pas politique, qui permet de dégager des pistes de recherche et indirectement d’envisager des études pour aller toujours plus loin dans la connaissance et la gestion des ressources. »

Tahiti infos : Pourquoi Indo-Pacifique? 
David Lucchini : « Parce que le bassin indo-pacifique a une forte connectivité, qu’il existe une cohérence scientifique entre ces deux grands espaces. C’est la plus grande province biographique avec des espèces marines présentes de l’Afrique du sud au Mexique. La première IPFC a été organisée par Douglas Hoese et John Paxtson, deux chercheurs de l’Australian museum de Sydney en 1981. Depuis, elle a lieu tous les quatre ans dans un endroit du monde, différent à chaque édition. »

Tahiti Infos : C’est donc la 10ème édition cette année ? 
David Lucchini : « Oui et elle a lieu à Tahiti. Le thème retenu est : biologie, savoirs ancestraux et gestion : les poissons de l’indo-pacifique face aux changements climatiques. Ce thème sera exploré sous tous ses aspects, scientifiques, humains, sociaux, économiques, culturels et politique de façon la plus interdisciplinaire possible. Il y a 550 participants venus de 34 pays du monde. C’est la plus grosse édition depuis 1981. J’ai souhaité que nous mettions l’accent sur les pays insulaires du pacifique et de l’océan Indien. Nous avons donc une centaine de personnes originaires de cette région, la Polynésie française bien entendu, mais aussi des Samoa, Fidji, Niue, la Nouvelle-Calédonie, Mayotte, Madagascar, l’île de la Réunion, Hawaii. »

Tahiti infos : Comment se déroulent les journées ? 
David Lucchini : « Les intervenants ont quinze minutes chacun pour s’exprimer. Les interventions vont se succéder pendant les jours de l’IPCF entre 8 heures et 17 heures sauf le mercredi matin qui sera un créneau réservé aux élèves de collèges et lycées. Toutes les salles de la Maison de la culture seront occupées pendant l’événement. En plus, des échanges informels vont pouvoir avoir lieu, les uns et les autres échangent leurs expériences, font le point sur leurs savoirs, les échecs, les réussites… »

Tahiti Infos : Pouvez-vous nous révéler quelques sujets qui seront abordés pendant l’IPFC? 
David Lucchini : « Il y a 31 thèmes au total comme la pêche, les aires marines protégées, la ciguatera… Il sera question par exemple du bruit dans le milieu aquatique et de ses impacts sur la faune, du rahui, des techniques de pêches ancestrales, d’aquaculture… »

10eme édition de l'Indo-Pacifique Fish Conference est organisée à Tahiti

Quatre thématiques retenues

Afin d’orienter les discussions, quatre thématiques ont été choisies :
La taxonomie (spécialité qui consiste à décrire les organismes vivants et à les regrouper par entité), la biologie et l’écologie (la science qui étudie les êtres vivants dans leur milieu et les interactions entre eux) des poissons de rivière et des récifs coralliens face aux changements climatiques.
La pêche côtière et savoirs traditionnels.
La pêche hauturière face au défi de l’augmentation de la population humaine mondiale.
La gestion durable des importants stocks de poissons que nous offre l’Indo-Pacifique.

Rendez-vous grand public 

Les interventions des chercheurs et gestionnaires s’adressent à des chercheurs et gestionnaires. Elles sont techniques, souvent peu accessibles aux non-initiés, toujours en anglais. Pour permettre au grand public de profiter de la présence des spécialistes venus du monde entier, une matinée sera organisée pour des collégiens et lycéens, une soirée sera ouverte à tous. Ces deux rendez-vous seront proposés gratuitement en français.
Le mercredi 4 octobre de 8heures à 11 heures, deux cent collégiens et deux cent lycéens enchaîneront des interventions théoriques et présentations pratiques sur la protection et la gestion de l’environnement. « Il sera question d’anguilles, de gestion de l’eau, des coraux de demain, de la pollution plastique, de l’acidification des océans et du bruit des bateaux », détaille David Lucchini.
Dans la même journée, de 19 heures à 21 heures, trois conférences sont prévues. « La première s’intitule le monde du silence, la fin d’un mythe », indique l’organisateur David Lucchini. « Dans un deuxième temps, nous parlerons de la voiture électrique. » Les potentialités de développement sur l’eau mais aussi le pouvoir du consommateur à faire évoluer la recherche et le marketing. Enfin, un temps de présentation traitera des aires marines protégées et de la pêche.

En savoir plus
Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement.
Tel : 40 56 13 45
Site Web

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s