Budget om 2018Le budget Outre-mer pour 2018, est en hausse « de plus de 4% » par rapport à 2017, axé notamment sur le développement territorial et les politiques en faveur de la jeunesse et des entreprises, a annoncé jeudi la ministre des Outre-mer Annick Girardin devant la presse.
Le budget Outre-mer s’élèvera au total à 2,020 Mds d’euros, soit une progression de +4,4% à structure constante (c’est-à-dire comparable d’une année à l’autre) par rapport à 2017.


Plus précisément, a ajouté le cabinet de la ministre, alors que le budget 2017 avait été annoncé à 2,032 Mds, près de 90 millions d’euros attribués au ministère des Outre-mer pour des « opérations en faveur des écoles en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie et à Mayotte, ont été exécutés en réalité par le ministère de l’Education nationale ».
« Si on compare le budget réellement exécuté par le ministère des Outre-mer, c’est 1,935 Md en 2017 et 2,020 Mds en 2018 », selon la même source.
« Sur l’ensemble du quinquennat, la hausse s’établira à près de 10% », a affirmé la ministre.
Le poste le plus important (plus de 50% des crédits) reste celui des allègements de cotisations et de contributions sociales patronales et d’une aide au fret spécifique, budgété à hauteur de 1,08 Md.
« Ces dispositifs essentiels à la diminution des coûts de production, associés au maintien en 2018 du taux du CICE majoré à 9% outre-mer (mais qui sera supprimé en 2019, ndlr), permettront de conforter le développement économique des territoires », a affirmé Mme Girardin.
Les crédits engagés dans les contrats de plan et de développement signés entre l’Etat et les collectivités territoriales « s’élèvent à 152 M EUR » (+12%), a-t-elle indiqué, pour la construction de « routes, quais, réseaux d’eau potable ou d’eaux usées, etc. ».
« L’effort en matière de construction scolaire » s’élève à « 85 M EUR » (30 M en 2017), dont 65 M pour la Guyane, dans le cadre des accords de Cayenne signés en avril dernier.
La dotation globale d’autonomie, accordée chaque année à la Polynésie française, pour compenser la chute de l’activité économique après les 193 essais nucléaires réalisés sur les atolls de Moruroa et Fangataufa entre 1966 et 1996 se maintiendra à 90 M EUR.
Enfin, les crédits en faveur du logement social s’établiront à 228 M EUR contre 232 en 2017, soit « une légère diminution qui vient du fait qu’un certain nombre de dispositifs notamment en faveur de la rénovation des logements seraient pris en compte l’année prochaine par des dispositifs de droit commun », comme l’Agence nationale pour l’habitat (Anah), a précisé le cabinet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s