00La deuxième et dernière journée de l’atelier de clôture d’Integre (Initiatives des territoires pour la Gestion Régionale de l’Environnement), s’est déroulée, vendredi, au siège de la Communauté du Pacifique, à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. A cette occasion, le passage de relais entre la Polynésie française, ordonnateur du Xème FED (Fonds européen de développement) régional, et la Nouvelle-Calédonie, ordonnateur du XIème FED régional, a officiellement eu lieu.
 
Ce passage de relais a été effectué par le ministre en charge de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, représentant le président de la Polynésie française, au ministre en charge de l’Ecologie et du développement durable dans le gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Didier Poidyaliwane.
La dernière journée de l’atelier de clôture du projet Integre a été consacrée également à des bilans et des synthèses sur le programme de développement durable Integre mené, au cours des quatre dernières années, dans les quatre Pays et territoires d’Outre-mer que sont la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et Pitcairn. Les retours d’expérience, à la fois en ce qui concerne le développement économique local que la gestion des déchets et des polluants, ou encore l’agriculture biologique et la gestion des pêches lagonaires (rahui), ont fait l’objet d’échanges entre le monde associatif et les pouvoirs publics.

Les connaissances ancestrales des Polynésiens

L’évaluation des institutions, Polynésie française, Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna, quant à la réalisation du programme Integre a également été présentée au cours de cette journée. La délégation du gouvernement de Polynésie française a évoqué, à cette occasion, trois pistes d’amélioration de tels dispositifs, qui portent à la fois sur leur gouvernance, sur le fait de mettre en adéquation les objectifs d’Integre avec les politiques locales, mais aussi d’arrêter clairement les axes choisis. Il s’agit ainsi de clairement définir le rôle de chacun (associations, communes, Pays) dans ce cadre.
Le programme Integre a aussi pour effet de susciter un foisonnement d’initiatives relatives à l’écologie et au développement durable, dans une démarche participative, dans les différents pays et territoires concernés.
Dans son discours de conclusion, le ministre en charge de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a souligné le fait que la notion de développement durable était très vaste. « L’homme a sa place dans la nature, mais sans en être pour autant l’élément central », a indiqué le ministre. Il a aussi évoqué les connaissances ancestrales des Polynésiens sur ces thématiques, qui peuvent aujourd’hui encore inspirer et guider bien des projets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s