BIODIVERSITÉ, BIOMOLÉCULES D’INTÉRÊT ET BIOTECHNOLOGIES

Capture d’écran 2017-03-08 à 10.57.24.png

Capture d_écran 2017-07-06 à 11.14.50Dans ce cadre, la stratégie nationale pour la biodiversité et les plans d’action outre-mer ont défini une priorité d’orientation pour les Outre-mer : faire de la biodiversité un moteur de développement et de coopération régionale en outre-mer.
En effet, du fait de leur insularité, les collectivités d’outre-mer sont structurellement dépendantes d’importations (énergie, produits agroalimentaires, matériels) qui engendrent une forte empreinte carbone. La mise en valeur des ressources naturelles représente un atout essentiel pour le développement économique endogène des collectivités. La biodiversité est une source d’innovation et de recherche donc de développement des entreprises spécialisées dans la recherche-développement et la commercialisation de produits liés à la biodiversité.
D’autre part, la préservation et la valorisation des atouts écologiques de l’outre-mer sont une source de développement du tourisme (notamment de l’éco-tourisme), les impacts de celui-ci devant être en retour réduits au maximum. Enfin, la préservation et la valorisation de la biodiversité sont un axe de coopération régionale avec les pays voisins, pour intensifier les échanges d’expérience et de savoir-faire en matière d’adaptation au changement climatique, réduction des pressions anthropiques, conservation et gestion intégrée et durable de la biodiversité…
La SNB 2011-2020 vise à produire un engagement plus important des divers acteurs, à toutes les échelles territoriales, en métropole et en outre-mer, en vue d’atteindre les objectifs adoptés. Elle fixe pour ambition commune de préserver et restaurer, renforcer et valoriser la biodiversité, en assurer l’usage durable et équitable, réussir pour cela l’implication de tous et de tous les secteurs d’activité.

Elle s’organise autour de 6 orientations stratégiques :

  • Susciter l’envie d’agir pour la biodiversité ;
  • Préserver le vivant et sa capacité à évoluer ;
  • Investir dans un bien commun, le capital écologique ;
  • Assurer un usage durable et équitable de la biodiversité ;
  • Assurer la cohérence des politiques et l’efficacité de l’action ;
  • Développer, partager et valoriser les connaissances.

(Source : Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020).

Ces orientations doivent à l’évidence fournir un fil conducteur naturel pour définir les orientations propres à la Polynésie sur le sujet.

PacificBiotec Pacific-Biotec POLYNESIE 2012 232 - copie

Contexte en Polynésie française :
Pour les organismes marins (micro et macro), qui sont la première source de molécules innovantes dans la littérature ou en cours de développement, les stratégies d’adaptation en milieu marin passent par l’expression d’une grande diversité moléculaire. La diversité des habitats se traduit par une diversité des structures chimiques produites par ces organismes.
Les travaux menés depuis 2009 par l’IRD sur l’ensemble des archipels de Polynésie française ont montré que la nature très particulière des environnements est propice au développement d’une faune benthique fixée relativement diversifiée, en particulier des spongiaires. Si le nombre d’espèces rapporté à la surface de la Polynésie est faible, cette faune présente un taux important d’espèces nouvelles et/ou endémiques (30% des espèces récoltées aux Marquises et aux iles de la Société par exemple).
Les travaux réalisés jusqu’à présent montrent que plusieurs ordres bien représentés constituent de bonnes sources de molécules actives comme les Poecilosclerida, Dictyoceratida et Verongida. Plus de 300 extraits ont ainsi été réalisés et sont en cours d’étude. Plusieurs d’entre eux présentent des activités antibiotiques.

Voir aussi le projet POMARECIGUATRAIT et PROPHA, financé par le contrat de Projets Etat-Polynésie

POMARE CIGUATRAIT PROPHA

RETOUR