HISTORIQUE

L’année 2004
Dans une économie mondiale de plus en plus concurrentielle, la France a lancé en 2004 une nouvelle politique industrielle. Les pôles de compétitivité ont été créés pour mobiliser les facteurs clefs de la compétitivité au premier rang desquels figure la capacité d’innovation, et pour développer la croissance et l’emploi sur les marchés porteurs. 

L’année 2006
La volonté de créer un pôle de compétitivité en Polynésie française a été exprimée par le Président de la République, puis réaffirmée en 2007 par le Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer.
Parallèlement à cela, une expertise collégiale sur « les substances naturelles en Polynésie française » commandée à l’IRD par la délégation à la recherche du Pays et restituée en 2006, a permis d’alimenter les réflexions sur le domaine d’un futur pôle de compétitivité. L’expertise souligne ainsi l’importance des ressources naturelles marines et terrestres de Polynésie française, et leur enjeu pour le développement économique et social du pays.

L’année 2007
Dynamique encouragée par le Service du Commerce extérieur polynésien… L’intérêt d’un pôle de compétitivité pour le Pays a également été très tôt perçu par le service du Commerce extérieur qui, dès 2007, a mené des actions auprès des chefs d’entreprises pour les convaincre des enjeux d’un tel dispositif pour le développement économique local. C’est ainsi qu’une dynamique collective a été lancée auprès des chefs d’entreprises en matière de commerce extérieur, avec la création de six micro-clusters à l’export et d’une plateforme logistique commune.

L’année 2008
Avec l’appui du Service du Commerce extérieur est créée l’association « Valrena Tahiti export ». L’association regroupe une quinzaine d’entreprises exportatrices ayant un intérêt pour la valorisation des ressources naturelles. Les membres de l’association VALRENA ont très rapidement souhaité élargir leurs adhérents en associant les organismes de recherche et de formation à leur dynamique, afin de mener des actions en faveur de l’innovation en Polynésie française.

L’année 2009
Création du 1er Pole d’innovation polynésien… L’association Tahiti Fa’ahotu, regroupant 21 membres fondateurs (entreprises et organismes de recherche et de formation) est créée, sous la présidence de Bernard Costa. L’objet étant de soutenir la création et d’assurer le pilotage opérationnel, le développement et la promotion des activités et des projets d’un pôle d’innovation polynésien dans le domaine de la «valorisation des ressources naturelles de Polynésie française».
11ème Inter-congrès des Sciences du Pacifique, autour du thème «Les Pays du Pacifique et leur environnement océanique face aux changements locaux et globaux». Tahiti Fa’ahotu participe à la rencontre entre chercheurs et entreprises.

L’année 2010
Tahiti Fa’ahotu est lauréate du premier appel à projets lancé par le Ministère de l’espace rural et de l’aménagement du territoire.
Premier appel à projets de recherche et développement, en partenariat avec les gestionnaires du volet recherche contrat de projets, Tea Frogier déléguée de la recherche du Pays et Pierre Mery, délégué recherche de l’Etat – 10 projets avait été déposés:

  • 2 projets relevant de l’exploitation des ressources naturelles marines;
  • 6 projets relevant de l’exploitation des ressources naturelles terrestres;
  • 2 projets relevant de la biodiversité, la biomolécules d’intérêt et les biotechnologies.

9 projets avaient été déclaré éligibles et soumis à des expertises scientifiques et technico-économiques indépendantes. A l’issue du processus d’expertise, 3 projets ont ainsi été labellisés par le pôle.

L’année 2011
Lancement du 2ème appel à projets de recherche & développement – Pierre Méry, délégué à la recherche au Haut-commissariat : “peu de chefs d’entreprise ont une culture de l’innovation en Polynésie. C’est pourtant un aspect essentiel du développement économique, car la Polynésie ne peut exporter que des produits à haute valeur ajoutée”.

Présentation des conventions CIFRE – une opportunité pour les entreprises, les chercheurs et les doctorants. Le dispositif CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) subventionne toute entreprise qui embauche un doctorant pour le placer au cœur d’une collaboration de recherche avec un laboratoire public. Les travaux aboutiront à la soutenance d’une thèse en trois ans.

Pole de Compétitivité, une convention de partenariat – Les Pôles Mer Méditerranée et Bretagne, représenté par M. Patrick Baraona, directeur du pôle mer méditerranée et Tahiti Fa’ahotu officialisent leur collaboration par la signature d’une convention tripartite. Des pistes concrètes de collaborations, notamment dans les domaines de la biodiversité marine, la pêche et l’aquaculture, les micros algues et les biotechnologies, ainsi que les énergies marines renouvelables. Tous les mois depuis, une visioconférence est organisée afin d’identifier et poursuivre les collaborations.

L’année 2012
M. Didier Chomer est le directeur de la société Tikitea et est élu président de Tahiti Fa’ahotu.

Convention de partenariat avec la CCISM pour la mise à disposition des bureaux de Tahiti Fa’ahotu.

Convention de partenariat avec Cosmetic Valley, le 1er Pôle de compétitivité cosmétique à l’international représenté par M. Jean-Luc Ansel, Fondateur et Directeur Général et M. Didier Chomer signent une convention de partenariat afin d’assurer la mise en place de relations assurant aux entreprises polynésiennes des perspectives de développement privilégié sur le marché cosmétique des substances naturelles et aux adhérents de Cosmetic Valley l’accès à travers le réseau d’expertise de Tahiti Fa’ahotu, à une source potentielle d’actifs biologiques originaux (terrestres et marins) dont le développement est assuré en commun.

Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche (AESR), le président de Tahiti Fa’ahotu est l’un des 6 membres du Comité de pilotage des Assises, et assure la Présidence du « groupe de travail : « Transfert et Innovation technologique » (TIT).

Doctoriales de l’UPF – Tahiti Fa’ahotu partenaire pour le prix de la thèse offrant la meilleure perspective de valorisation économique ou culturelle

L’année 2013
Création du premier appel à projet avec le Ministère du développement des archipels, en charge de la régénération de la cocoteraie cherchait quels moyens mettre en œuvre pour dynamiser la filière coco, Un appel à projet innovant permettant d’aider à développer des diversifications dans l’exploitation du cocotier.

Tahiti Fa’ahotu invité à participer à In Cosmetic à Paris afin de montrer l’internationalité de l’engagement de la Cosmetic Valley à rassembler dans un espace Cosmétopée dédié aux matières premières et produits finis issus de la biodiversité de chacune des zones de la planète. Au sein de la «Cosmetopée Area» des acteurs venus des quatre coins du monde, la Bretagne, le Québec, la Colombie, l’Afrique, l’Asie et la Polynésie Française.

We Demain, hors série : «l’innovation en Polynésie française» – Avec la délégation de la Polynésie française à Paris, Tahiti Fa’ahotu pilote et coordonne les rencontres avec les acteurs de l’innovation Polynésienne. La rédactrice de la revue a été surprise du potentiel d’innovation de la Polynésie française, tant par les ressources naturelles que les forces vives présentes. «…La Polynésie française n’est pas identifiée à la hauteur de son potentiel de développement, de création et de R&D, tout reste à faire…»

Doctoriales – Tahiti Fa’ahotu partenaire pour le prix de la thèse offrant la meilleure perspective de valorisation économique ou culturelle.

Tahiti Fa’ahotu en Guadeloupe pour le 8ème CIPAM (Colloque International des plantes aromatiques et médicinales). Candidature à l’organisation du 10ème CIPAM qui aura lieu à Tahiti en 2018.

L’année 2014
Signature d’un partenariat entre Tahiti fa’ahotu et le Cluster Maritime Polynésie française.

Convention de coopération entre Cluster Maritime de Polynésie Française et « Tahiti Fa’ahotu », CMPF souhaite bénéficier des compétences et du réseau de l’association Tahiti Fa’ahotu pour l’accompagnement des projets en lien avec la valorisation des ressources naturelles, la biodiversité, les biomolécules d’intérêt et les biotechnologies de l’océan. A la clef, des opportunités sur des projets collaboratifs entre les deux associations, ainsi qu’une expertise avérée liée à la recherche et l’innovation ont motivés

Doctoriales – Tahiti Fa’ahotu partenaire pour le prix de la thèse offrant la meilleure perspective de valorisation économique ou culturelle

L’année 2015
OCTA Innovation, Tahiti fa’ahotu répond au 1er appel à projet pour les PTOM. L’’Association des pays et territoires d’outre-mer à l’Union européenne a été créée en tant qu’association sans but lucratif à Bruxelles le 5 mars 2003, en vertu d’un accord signé entre 13 pays et territoires d’outre-mer (les « PTOM ») le 18 septembre 2002 à l’occasion de la seconde conférence ministérielle des PTOM qui s’est tenue à Bonaire, aux Antilles néerlandaises. Adopté en 2010 le « plan stratégique de l’OCTA » comporte trois piliers: communication, renforcement des capacités et coopération. En 2015 l’OCTA lance le 1er appel à projet, Tahiti Fa’ahotu et la société Technival candidatent avec un projet d’économie circulaire Rao Pua: bioconversion de tourteaux de coprah.

Doctoriales de l’UPF – 34 doctorants ont présenté leurs travaux de recherche – Le Prix de la thèse offrant la meilleure perspective de valorisation économique ou culturelle à Tepoerau MAI pour la meilleure perspective de valorisation économique sur ses travaux «Isolement et identification de composés marins inhibiteurs de quorum sensing appliqués à l’aquaculture».

Tahiti Fa’ahotu candidate au Fonds Pacifique pour l’organisation des 1ère rencontres cosmétopée du Pacifique.

L’année 2016
– M. Jean-Paul PEILLEX, directeur de la société Technival est élu Président de Tahiti Fa’ahotu.
– Tahiti Fa’ahotu est lauréat du 1er appel à projet OCTA d’économie circulaire avec  « Rao Pua »: bioconversion de tourteaux de coprah pour l’alimentation.
– Une convention est signée  entre l’AFD (Agence Française de Développement) et Tahiti Fa’ahotu pour soutenir les actions tels que le Marché de l’innovation.

Les 1ère Rencontres Internationales Cosmétopée du Pacifique sud associé au 5ème Congrès International Cosmétopée a réuni les chercheurs académiques, les industriels du secteur de la parfumerie-cosmétique pour faire le point sur les avancées de la Cosmétopée au niveau international et dans le Pacifique.
Objectifs: Favoriser l’innovation cosmétique en développant les échanges entre la recherche et le monde industriel, favorisant les partenariats public/privé pour alimenter les entreprises, et tout particulièrement les PME, en nouveaux ingrédients et principes actifs d’origine végétale dans le respect des hommes, de la nature et de sa culture.

Le 1er Marché de l’innovation, un événementiel économique innovant placé Sous le haut Patronage du président de la Polynésie française.
L’objectif : passer des stratégies et des recommandations à l’action concrète.
La rencontre «des genres» (chercheurs, techniciens, experts, entrepreneurs, politiques, financiers, économistes, visionnaires, «business Angels», etc)  est la première innovation.  Le Marché de l’innovation a pour vocation de rassembler afin que chacun puisse appréhender et accepter ensemble l’intérêt de l’innovation dans le développement de nouvelles filières économiques de niche. 

La première bourse de l’innovation «Poly’Nov», est crée pour soutenir les projets innovants et porteurs pour le développement économique de la Polynésie française. Neufs candidats ont réuni les critères, en démontrant que leur projet possédait une faisabilité technique, économique et juridique. Les propositions choisies peuvent donner lieu, à court terme, à une création d’entreprise ou à une exploitation, et les domaines concernés sont d’intérêts majeurs pour le développement futur de la Polynésie française, avec par exemple l’agroalimentaire, l’écotourisme ou encore la valorisation de produits issus du secteur primaire.


Doctoriales de l’UPF – 38 doctorants ont présenté leurs travaux de recherche – Le Prix de la thèse offrant la meilleure perspective de valorisation économique ou culturelle à Patrick SEUROT pour sa présentation « Le manuscrit oublié de Hugh Cuming (1828) et ses enseignements sur les prémices de l’exploitation perlière ».


Une grappe d’entreprise est un réseau d’entreprises constitué majoritairement de PME et de TPE, fortement ancrés localement, souvent sur un même créneau de production et souvent à une même filière, mobilisé autour d’une stratégie commune et la mise en place de services et actions concrets et mutualisés.
Capture d_écran 2017-03-08 à 09.11.31Capture d’écran 2017-03-08 à 09.25.19.png

 

Retour